Théorie de l’amour ou Histoire du couple : comment leurs hormones agissent sur les hommes et sous-tendent leurs choix.

Mes Livres

à Dieu, Jérusalem (nouvelle - extrait gratuit)

-- roman : projet d'écriture en cours pour 2017 --

Retrouvez la nouvelle sur Altramenta : https://www.atramenta.net/lire/a-dieu-jerusalem/59880 ou MonBestSeller (inscription...

En savoir +

Les carnets de Pauline Thot

Roman Librinova sorti en juin 2016 en broché et en numérique

1999. Pauline étouffe dans sa petite ville de province. Introvertie et malmenée en classe, elle ne revit que pendant...

En savoir +

Revue de presse

Le ton est cynique mais criant de vérité

LES HISTOIRES D'AMÉLIA ET LA CULTURE GEEK - 15/06/2017

"on se questionne avec elle et on ne peut pas se retenir de sourire pour certaines de ses réflexions." (...) "Complètement hypnotisée par la... Plus d'information

Chronique de FoFie M, bloggueuse littéraire

Délivre-moi (Fofit lit) - 04/03/2017

"L'autrice décrit les maux de la société féminine au travers de son héroïne, Pauline, mais pas que ça. Et c'est ce "tout" qui fait que Les carnets... Plus d'information

Tous les articles de la revue de presse

Blog

24 Oct 2016

Les commentaires des lecteurs d'Altramenta sur "A Dieu, Jérusalem"

Basile Gonet 6 juillet 2016 à 13h24 Une méditation d'autant plus intéressante qu'elle est aussi... Lire la suite

Les affinités électives

Un coup d'oreille sur mes sources d'inspiration

Bensonhurst Blues (Artie Kaplan)

Angela, 15 ans (my so-called life)

Autant en emporte le vent (la gifle classe)

Le bas des oiseaux (Thomas Fersen)

 

 

Biographie

Rébecca Brocardo

Je m'appelle Rébecca, un prénom qui me vient du roman de Daphné du Maurié. Brocardo c'est le nom de ma grand-mère italienne exilée en Corse, où j'ai passé une grande partie de mon enfance. En 2013 j'ai quitté Paris et l'édition musicale pour une autre île : la Guadeloupe, où je travaille à la production de spectacles.

Avec un père écolo voyageur et une mère intellectuelle et verveuse, j'ai toujours baigné dans les largeurs du monde culturel. D'abord bercée sur Mozart, Chopin et Starmania (cherchez l'intrus), j'ai grandi au rythme des saillies journalistiques de Télérama, France Inter et Arte.

J'aime les échanges artistiques et les rencontres qui donnent un sens à la vie (même si je pense qu'il n'y en a aucun au final). Comme disent les psys, je vis dans une sorte de "surhumanité", au gré de mes affinités électives.

C'est en passant la trentaine que j'ai pris conscience d'être née dans un monde qui faisait tomber le mur de Berlin mais qui a relevé toutes sortes de murailles après le drame des Twin Towers, et ce avec Internet. On retrouve l'esprit de cette période dans "Les carnets de Pauline Thot", un roman qui a figé ces quelques années dans ses lignes. Un monde et sa micro-génération bouleversée a laissé la place à un autre, hyper-connecté.

C'est ce que j'aime dans les les livres. Ils peuvent tout faire et on peut en abuser. Contrairement aux passions destructrices, l'écriture ne fait de mal à personne et la lecture ne bousille pas la planète.

Repérée lors de la Journée du Manuscrit 2015 pour mon premier essai, j'écris aussi des nouvelles et des chansons, toujours sur les thèmes de la femme, du militantisme et du voyage. Car la femme est l'avenir de l'homme, ne l'oublions pas. Ce qui m'amène à conclure avec une proposition simple : remettons le mot "humain" à la place d'"Homme" dans la langue française et au coeur du système.

Lire la suite

Mon interview

#1

Un exercice d'auteur : parler de soi en quelques phrases

je peux pas dormir (ni rêver) autrement que couchée

je mélange tout, et surtout les mots qui se ressemblent (aréole, auréole) et les pays de l'Est (Bulgarie, Roumanie)

je suis bien embêtée avec mes lunettes en cas de pluie, de ski, de plongée (ou de claque)

je n'ai jamais compris le sens figuré du mot "odd"

je ne supporte pas le bruit des essuie-glace et encore moins le fromage de chèvre

j'adore manger, mais mes mets préférés restent l'avocat, l'artichaut, les asperges. à savourer encore la reprise de "Paris d'éveille" par An Pierlé, la voix de Jeanne Moreau, Il David de Michel-Ange et les bédés Corto Maltese

je suis très émotive, dès que c'est triste, je pleure et mon ventre aussi

j'ai un hypothalamus fou : j'ai tout le temps trop chaud ou trop froid

je me fous de tout et m’y passionne en même temps

je pense trop et trop tard

Je suis une pro des zeugmes malgré moi.

Voir toutes les questions

Écrire à l'auteur

Vous devez être connecté(e) pour envoyer un message. Se connecter

En savoir plus

track