Rébecca Brocardo

France

Share

  Questionnaire

#1

Faut-il être écrivain ou connaître un éditeur pour se donner le droit d’écrire et d’être publié ?

Je ne crois pas qu’il faille attendre que qui que ce soit nous autorise à écrire. Je ne connais personne dans l’édition ; je n’ai même pas fait d’études littéraires. Mais avec du temps et des idées, on peut tout à fait écrire un récit ou un roman, à condition que ce soit bon ! Pour en juger, il faut lire d’autres auteurs ou mieux : être lu. D’après moi la vraie difficulté c’est trouver à qui on s’adresse. Il y a des gens qui ont vibré en lisant mes livres et d’autres non, j’aimerais bien comprendre qui et pourquoi !

#2

D’où vient l’inspiration pour écrire ?

Pour "Les carnets de Pauline Thot", mon 1er livre, c’était décrire la violence de ma construction en tant que femme, entre une ville ouvrière et une plage en Corse ; je le faisais mieux après coup et à l’écrit. Après j’aime m’inspirer des musiques (ça a été mon métier pendant quelques années) et des pays qui m’ont marqué ; dans "Le K de Kismet" on part en Russie, au Brésil, en Israël ; on marche au bord de l’abîme… ça c’est un peu la faiblesse de Pauline Thot, mon personnage principal et c’est ce qui la rend si « dramatique » : elle se met en danger.

#3

Quelles ont été les réactions des lecteurs ?

On a qualifié mon premier livre de roman psychologique ou sociologique parce qu’il y a le tableau d’une époque ; la génération dite « X » ou « Xennial » a revécu les mutations sociétales des années 90, parfois avec nostalgie. Certains lecteurs y ont vu un lien avec l’actualité féministe, à cause des histoires de harcèlement. D’autres ont trouvé le livre assez poétique, parce qu’il m’arrive de détourner des mots ou des phrases entières.

#4

Comment sait-on qu’on a la fibre artistique ?

Pour moi c’est se sentir différent des autres au point qu’on en voit le monde autrement. Détourner la fonction de tout ce qui nous parvient, faire des liens, repérer la beauté, connaitre l’âme des gens, chercher ce qui les motive, si ça participe à quelque chose de plus vaste. C’est ça, ma vision d’artiste : un décalage permanent. ça rend la vie compliquée, parce qu’on ne se reconnait pas déjà, dans les valeurs qu’on nous inculque, et ensuite parce qu’on prend des risques ; par exemple si un danger survient vous prendrez le temps d’y poser votre regard d’artiste avant de penser à fuir. Après on apprend à transcender les épreuves, à les transformer en art.

#5

D’où vient le K de Kısmet ?

"Le K de Kısmet" vient de l’idée qu’il n’y a pas de hasard, dès lors qu’on observe les choses et qu’on s’y intéresse. On s’immerge au cœur de tranches de vie reliées entre elles par un destin commun. Y’a un côté exotique, un côté recherche et un côté expérience personnelle. Le livre aborde aussi des sujets que j’avais envie de mettre en scène : la création d’une œuvre, le retour au pays, l’adoption, le fait de croire en Dieu, de fuir son passé… j’ai essayé de partir du réel pour aller plus loin.

#6

Comment on se met à l’écriture ?

à Paris mon loyer était trop élevé pour que je puisse y consacrer du temps. J’ai écrit pendant que j’étais au chômage en Guadeloupe, après avoir suivi un atelier d’écriture. Puis j’ai laissé rentrer la beauté… et beaucoup d’anarchie :)

#7

Comment on trouve son public ?

Pour mon public, je commence à comprendre qu’il se situe entre Musso et Proust, à l’exclusion de ces derniers, et que je touche en particulier les « accidentés de la vie », les gens qui ont une sensibilité aiguë, voire une fêlure. Ça me semble logique, mon écriture est assez peu scénaristique ; c’est plutôt quelque chose qui donne à sentir, à découvrir. J’utilise les monologues intérieurs pour ça. Quand je suis en mal de sensation j’ouvre "Mrs Dalloway" de Virginia Woolf. Ce n’est pas mon style à la base… ça me guide et ça me dépasse… comme mes personnages en fait ! Mon lecteur idéal est comme moi : un idéaliste, un romantique un peu sauvage.

Return
track